Archives pour la catégorie Revendication

Nous manifestons avec #NousToutes le 20 novembre


La CFDT appelle à participer aux marches contre les violences sexistes et sexuelles organisées par le mouvement #NousToutes, pour mobiliser l’ensemble des citoyens et citoyennes ainsi que les pouvoirs publics dans le rejet et la lutte, effective et continue, contre toutes les formes de violences sexistes et sexuelles.

La CFDT est résolument engagée dans la prévention et la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Violences qui s’exercent de façon systémique et à travers le monde contre les femmes, parce qu’elles sont femmes. Violences sexuelles qui frappent aussi les enfants et les LGBTQ+. La CFDT revendique que l’Etat français s’engage plus avant dans les actions de prévention, de formation des agents publics qui reçoivent les victimes, d’actions éducatives à l’école, de soutien financier aux associations d’aide aux victimes.

La France n’a que trop tardé à ratifier la convention internationale de l’Organisation Internationale du Travail relative à l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail. Elle doit ouvrir rapidement des discussions afin de mettre en conformité sa législation avec la recommandation de l’OIT traitant de ces questions.

Communiqué de presseSur les lieux de travail, dans le public comme dans le privé, les équipes CFDT sont mobilisées. La CFDT revendique partout que les managers soient formés, les travailleurs et les travailleuses sensibilisés, les victimes écoutées et accompagnées et que les auteurs de violences soient sanctionnés. En interne de ses organisations, la CFDT affirme son absence totale de tolérance pour tout agissement ou comportement sexiste et a mis en place « la charte d’engagement CFDT contre les violences sexistes et sexuelles ». Cette charte est signée par la Confédération et l’ensemble de ses fédérations et unions régionales. Elle se diffuse dans toutes nos organisations. Près de 200 syndicats et structures territoriales se sont déjà engagés à sensibiliser et former les militantes et les militants, écouter et accompagner les victimes et sanctionner les auteurs de violences sexistes et sexuelles.

Les militantes et militants CFDT sont invités à s’inscrire dans ce large mouvement collectif et cette mobilisation citoyenne et féministe, à participer aux manifestations organisées partout en France et à intensifier leur action sur les lieux de travail pour prévenir et combattre les violences sexistes et sexuelles.

AESH : rdv au service de la BACA


Nouvelle grille indiciaire : une augmentation effective en novembre

L’augmentation sera effectuée sur la paie de novembre. Les AESH recevront un courrier explicatif avec un avenant à leur contrat.

 Deux CDD de trois ans puis un CDI

Les conditions pour l’obtention d’un CDI restent inchangées. Au terme de 2 CDD de 3 ans, un AESH se verra proposer un CDI. Pour prétendre à ce contrat il ne faut pas de rupture de plus de 4 mois entre 2 CDD.

Dans l’académie de Paris, de nombreux CDD sont gérés par l’établissement mutualisateur Janson de Sailly dont le SPEP a signalé les dysfonctionnements. Le rectorat s’est engagé à rappeler ses obligations à l’établissement

Valeur professionnelle et formation

Un entretien doit être effectué par le chef d’établissement afin d’évaluer professionnellement les AESH qui font partie de la communauté éducative. Une campagne destinée à mener ces évaluations va être menée par la BACA en 2022

Les AESH peuvent bénéficier du PAF (plan académique de formation) et leurs demandes de formation au titre du CPF sont examinées par la DAFOR

Droits sociaux et actions sociales

Comme tous les agents du MEN, les AESH peuvent bénéficier du remboursement du pass navigo (ou du forfait mobilité) ou du supplément familial de traitement, à condition d’en faire la demande.

Les AESH ont également accès au service d’action sociale du rectorat. Pour être informé des actions menées, il est important d’activer son mail académique.

Mixité sociale et scolaire, dans le privé comme dans le public


La récente libéralisation de la carte scolaire a accentué le mouvement :  la ségrégation sociale à l’œuvre dans les établissements accentue celle qui est déjà présente dans les territoires.

Mais toutes les études montrent également que l’hétérogénéité des classes, à condition que la pédagogie soit adaptée, est un puissant facteur de réussite de l’ensemble des élèves.

D’ailleurs, les pays qui réussissent le mieux aux évaluations internationales dites « Pisa » sont également ceux dont les établissements et les classes sont les moins socialement clivés.

Ainsi, pour la Fep-CFDT, la mixité sociale dans les territoires est un moyen de lutte contre l’individualisme et le communautarisme.

Et, ce combat de la mixité sociale passe par celui de la mixité scolaire.

Cependant, la carte scolaire dont la mixité sociale n’était pas le but initial ne peut être remise en place comme elle l’était avant, et sans doute faut-il la réinventer en lien avec les politiques territoriales.

Le ministère veut pondérer les dotations aux établissements selon des indicateurs sociaux : c’est une excellente piste, qui permettrait de favoriser les établissements œuvrant pour plus de mixité sociale en leur sein.

Et une telle mesure ne contrevient en rien à la liberté des familles.

Pour la Fep-CFT, tous les réseaux confessionnels de l’enseignement sous contrat serait ainsi bien inspirés de s’inscrire purement et simplement dans ce processus.