Archives du mot-clé salarié de droit privé

LETTRE AUX SALARIES OGEC N°14


 

 Salaires 2016-2017 zéro et une révision des classifications minceur

 Une négociation annuelle obligatoire 2016 0%

Cette année, les salariés n’auront droit à aucune revalorisation du point Sep ni du salaire minimum de branche. Le Collège employeur a en effet « proposé » 0% d’augmentation. La Fep-CFDT a porté plusieurs revendications concernant l’égalité professionnelle afin d’améliorer la situation des femmes dans la branche très majoritairement féminine (76% de femmes). Et en la matière, il y a fort à faire étant donné que plus on monte dans les classifications, et donc en rémunération, plus la proportion de femmes diminue (89% de femmes en strate I contre 11% d’hommes et un salaire net moyen, pour un temps plein, de 1.940 € pour les hommes contre 1.480 € pour les femmes). Face au blocage, l’intersyndicale (toutes les organisations syndicales sauf la CGT) a demandé notamment une augmentation du point de +0,4% et la proposition systématique d’un départ en formation au retour d’un congé parental. Les employeurs n’ont même pas daigné accepter ce dernier point.

Classifications : quelques avancées… mais modestes

 Comme le demande la Fep-CFDT, les employeurs reconnaissent enfin la nécessité d’une fiche de poste et d’une fiche de classification pour tous les salariés en poste actuellement et pas uniquement au moment de l’embauche. Ils reconnaissent également que ces deux fiches seront amenées à être modifiées tout au long de la carrière en fonction des évolutions du poste de travail. Cela va dans le sens de l’évolution de carrière, revendiquée par la Fep-CFDT.

La Fep-CFDT revendique, pour les Ogec de moins de 50 salariés, un dispositif d’abondement du Compte Personnel de Formation (CPF) lorsque le salarié n’a pas suivi de formation ou n’a pas eu de progression salariale au bout de six ans. Pour les salariés de ces établissements, le Collège employeur envisage l’attribution de 12 points au bout de 6 années de travail si aucune action de formation n’a été réalisée, sauf en cas de refus du salarié de partir en formation. La Fep-CFDT estime le nombre de points proposé insuffisant pour promouvoir une véritable politique de formation des personnels. Rappelons que l’attribution des 15 points prévue par la convention collective pour les salariés de strate I est dans de nombreux cas pas mise en œuvre.

Concernant les rémunérations les plus faibles, le Collège employeur propose d’augmenter de 5 points la valeur de base de la strate II et de neutraliser les bas de grilles de la strate I. Ainsi un salarié ne pourrait pas être classé en-dessous de strate I et 7 degrés. Cela ne répond pas au problème de sous-évaluation de la strate II et dénaturerait les classifications actuelles.

Et aussi des blocages certains

Pour les employeurs, il n’est pas question qu’il y ait un lien entre diplôme et classification. La Fep-CFDT demande que le diplôme en lien avec les fonctions exercées soit valorisé si les compétences acquises sont mobilisées pour l’exercice de son métier ou s’il est la seule voie à l’acquisition des compétences en lien avec les fonctions exercées.

 Réintroduction de droits à congés payés pendant la maladie ? 

Depuis le 1er septembre 2015, les salariés en congé maladie d’origine non professionnelle n’acquièrent plus de droits à congés payés. Le Collège employeur a conditionné l’acquisition de droits à congés payés (dans la limite de 5 semaines !) à l’instauration d’un dispositif assurantiel. À ce stade, il n’est pas certain que ce système soit viable. Pour la Fep-CFDT, ces droits doivent être réintroduits même à défaut de dispositif d’assurance, et à concurrence de 6 semaines pour les personnels supports et 8,5 semaines pour ceux d’éducation et vie scolaire.

Fep’météo

 La négociation annuelle obligatoire s’est traduite pour les salariés par un régime sec. Inacceptable ! Le Collège employeur n’a pas su mesurer les enjeux, ni saisir les propositions qui lui étaient faites par l’intersyndicale, propositions pourtant raisonnables et peu coûteuses pour la plupart. Parallèlement, les propositions du Collège employeur pour la révision des classifications sont à ce stade bien modestes et ne répondent pas aux défauts structurels. Le point Sep reste donc à 17,27€ et le salaire minimum de branche à 1511,02€.

Fep’revendications

 Pour une égalité professionnelle, la Fep-CFDT demande notamment la prise en compte intégrale du congé parental d’éducation dans le calcul de l’ancienneté du salarié.

Si le salarié n’a pas vu sa classification (critères classant) évoluée au bout de six années, il doit se voir attribuer une bonification de 3 degrés.

Nous revendiquons aussi la revalorisation de la valeur des degrés de strate I (de 18 à 20 points), de strate II (de 25 à 40 points) et l’augmentation de la valeur de base de strate I (928 à 980 points) et II (925 à 950 points).

 Fep’échos

Dans la dynamique de restructuration des branches impulsée par le ministère du Travail, la Fep-CFDT a signé au mois de juillet avec le Spelc et la CFTC une Convention collective unique (CCEPNL) qui regroupe l’ensemble des conventions collectives relevant de la Fnogec ainsi que celles de la Fesic (écoles d’ingénieurs) et de l’Udesca (universités catholiques).

Calendrier des prochaines réunions :

Six séances de négociations ont déjà eu lieu. Il ne reste plus que trois séances : les 18 et 19 octobre (pour la rédaction des dispositions conventionnelles nouvelles) et le 24 novembre (séance conclusive).