Archives pour la catégorie SPEP

petition_vert

Pour signer la pétition, cliquez ici

Le Président de la République a annoncé une nouvelle étape dans les mesures sanitaires, pour freiner l’épidémie avec notamment l’avancée et le dézonage des congés scolaires associé à un passage en distanciel des enseignements.

Le ministre de l’éducation nationale n’a eu de cesse de prétendre que les protocoles étaient suffisants là où tout indique que la politique de tests est défaillante, que rien n’a été fait pour améliorer le bâti et en particulier les possibilités d’aération, que le nombre d’élèves par classes continue à être trop élevé alors que le fonctionnement avec des effectifs allégés liés à des recrutements supplémentaires et la réquisition de locaux aurait pu éviter la multiplication des cas de contamination. Les ministres (Education nationale comme Agriculture) n’ont pas entendu les acteurs de terrain qui alertaient sur la dégradation de la situation et faisaient des propositions pour éviter une fermeture des écoles et établissements scolaires dont on mesure les effets sur l’accroissement des inégalités entre élèves et les problèmes posés aux familles. Nos organisations demandent que les leçons du premier confinement soient tirées : les équipes doivent pouvoir s’organiser et organiser, comme elles le souhaitent, le suivi des élèves.

Des conditions sanitaires strictes doivent permettre de maintenir les écoles et établissements scolaires ouverts et ainsi garantir les conditions d’une scolarité en présentiel, moins inégalitaire que l’enseignement à distance. Il est indispensable en outre que ces semaines soient mises à profit pour rendre la réouverture des écoles et des établissements scolaires possible dans des conditions telles qu’ils puissent jouer pleinement leur rôle, pédagogique comme social.

Nous demandons :

  • Les moyens d’assurer les remplacements, la prolongationau moins jusqu’aux congés d’été des contrats des contractuels et AED recrutés dans le cadre d’autorisations liées à la crise sanitaire afin de permettre un meilleur fonctionnement des établissements, d’accompagner les élèves à hauteur des besoins…
  • Des créations de postesd’enseignantes et d’enseignants, de Psy-EN, de personnels administratifs, santé et sociaux, vie scolaire dans les écoles et les établissements pour la rentrée de septembre, pour annuler les fermetures de classes et de postes, répondre aux inégalités qui se creusent, et pouvoir anticiper une possible poursuite de la crise sanitaire.
  • La mise en place immédiate des mesures adaptées (fermeture de la classe, élèves comme personnels déclarés cas contacts) afin d’éviter toute contagion, dès le premier cas Covid avéré
  • Une amélioration significative de la politique de tests
  • L’équipement des locaux en capteurs de CO2
  • La fourniture de masques chirurgicaux aux élèves et aux personnels.
  • La vaccination de tous les personnels volontaires qui travaillent dans les écoles, collèges et lycées. Elle doit se concrétiser rapidement et être étendue à tous les personnels particulièrement exposés. C’est une mesure d’intérêt général. Le calendrier précis et les modalités d’accès au vaccin doivent être définis rapidement.

L’absence d’anticipation a déjà conduit le service public d’Éducation dans une situation critique. Persister dans ce refus aurait des conséquences graves. Nous attendons du gouvernement, du ministre de l’éducation nationale, des réponses rapides et claires à nos demandes, et ce avant la reprise des cours fixée au 26 avril 2021. Des discussions doivent être ouvertes d’ici le 20 avril.

Pour signer la pétition, cliquez ici

Les organisations signataires de cette pétition

Le SPEP rejoint la mobilisation nationale du 6 au 10 avril


 

Le SPEP CFDT se joint à la journée d’action nationale du 6 avril pour les salaires, l’emploi et les missions publiques. Nous sommes d’avis que la loi de transformation de la fonction publique porte atteinte à la démocratie sociale et accroît la précarisation des agents publics, dont font partie les enseignants du privé sous contrat. Nous revendiquons, entre autres, le « dégel immédiat de la valeur du point d’indice » – qui gelé depuis 12 ans.

image003 image007image005

 

RDV de vos élus au rectorat le 7 avril


élus valére et marc

Vos élus Valérie GINET et Marc DANTE étaient à la DEP du rectorat, cette semaine, pour régulariser des situations en souffrance : problèmes de paies, recours, reclassement. Le rectorat a rappelé, à cette occasion, l’importance de vous connecter au service en ligne de l’ensap pour consulter votre bulletin de paie numérisé et comprendre les régularisations effectuées.

Marc, Valérie et Emilie : vos élu.e.s de combat en CCMA


 

Ça sert à quoi une CCMA ?

 Valérie : La Commission Consultative Mixte Académique est une instance de dialogue social entre l’administration du rectorat (la Division enseignement privé, la secrétaire générale du rectorat, la DRH, le doyen des inspecteurs) et les représentants élus des enseignants du privé, qui siègent sous une étiquette syndicale. La CFDT est majoritaire à Paris, et majoritaire sur le plan national. Il y a 4 réunions par an, durant lesquelles nous examinons la gestion collective des enseignants du privé de Paris : leur avancement bonifié, leur promotion à la hors classe ou à la classe exceptionnelle, leur intégration dans les échelles de rémunération des certifiés, PLP, PEPS ou agrégés, leurs congés de formation et leurs mutations/1ère nomination. Ces réunions sont aussi une tribune pour nous permettre d’interpeller nos employeurs sur vos conditions de travail, la situation sanitaire ou les carences de l’administration. Voilà pourquoi j’invite les enseignants à faire remonter leurs demandes avant chaque CCMA.

Concrètement, que font les élus syndicaux ?

 Valérie : Les élus accompagnent et soutiennent les enseignants en demande ou en difficulté, confrontés à la lourdeur administrative, à la complexité des textes et de certaines situations administratives, à la restructuration perpétuelle des services du rectorat. Nous aidons les enseignants à gérer leur mutation, nous intervenons pour que les priorités dans l’attribution des postes soient respectées et pour que les chefs d’établissement n’agissent pas de façon arbitraire. De plus, nous luttons concrètement pour l’amélioration des conditions de travail. C’est grâce à notre mobilisation que le statut de MA2 a été supprimé au profit de celui de MA1.

Marc : J’ajouterai que nous défendons les enseignants en portant leurs problématiques de salaire, d’évaluation et de mutation directement auprès de la direction de la division de l’enseignement privé (DEP). Nous mettons ainsi notre savoir-faire, dans la rédaction de recours, au service des collègues.

 subir ou agir

D’après vous, qu’est-ce qui distingue les élus CFDT ?

Valérie : Notre culture de la négociation et du résultat, notre assiduité dans les groupes de travail, notre volonté d’être efficaces. C’est ce qui fait de nous des acteurs reconnus et écoutés dans l’académie de Paris où, grâce à vous, nous sommes majoritaires (3 élus sur 6).

Marc : Par ailleurs, nous savons aussi fédérer et coopérer avec les autres organisations syndicales lorsqu’il en va de l’intérêt commun. Nous plaçons la défense des enseignants au-delà de toute vision partisane.

Emilie : Nous nous distinguons par notre le dialogue avec les différents acteurs, notre sens de l’engagement, la connaissance des dossiers et du droit 

Quels conseils donneriez-vous aux enseignants parisiens ?

Valérie : Les enseignants doivent avoir conscience qu’ils doivent « gérer » leur carrière. C’est à ce prix qu’ils passeront à la hors classe, ou qu’ils sauront à quoi ils ont droit au bon moment. Pour être bien informés, et défendus si nécessaire, ils ont tout intérêt à se syndiquer.

Marc : En premier lieu, je conseille aux enseignants d’avoir fréquemment recours à leur messagerie professionnelle, devenue un outil indispensable pour correspondre avec leur hiérarchie et se tenir informés de l’actualité syndicale – c’est par ce canal que les informations circulent. D’autre part, notre rôle est d’inciter nos collègues à se syndiquer pour une inscription durable dans une démarche collective. Cet engagement doit s’articuler tant à l’échelle des établissements, en incitant les enseignants à se présenter aux élections professionnelles, qu’à l’échelle de l’académie où les adhérents ne doivent pas hésiter à solliciter les élus CCMA et à les encourager. Ce sont les questions et les problèmes remontés par les enseignants qui font de nous pleinement des représentants, qui nous confortent dans notre légitimité. Et la défense des collectifs exige de faire respecter le droit même pour les cas individuels.

Emilie : Les enseignants doivent se syndiquer, se renseigner, ne pas hésiter à faire appel à leurs représentants syndicaux ou au Bureau syndical. Il est très important qu’ils se mobilisent au sein de leur établissement mais aussi pour leur carrière. Parfois, certains collègues n’osent pas…Il le faut !

RDV le 7 avril devant le rectorat pour réclamer des vaccins


Nous invitons tous ceux qui veulent se joindre à nous à se réunir le 7 avril à 12h devant le rectorat pour demander à ce que nous soyons vaccinés en priorité et que les écoles restent fermées tant que les enseignants le désirant n’auront pas été vaccinés. L’entêtement de notre ministre est dangereux et même fautif et coupable. Alors que les cas explosent en milieu scolaire, il s’enferme dans son obstination qui devient criminelle.

Calendrier des prochaines CCMA


 

 

Logo spep (1)

Nous vous rappelons que les élus SPEP-CFDT siègent majoritairement à ces commissions ce qui leur permet de suivre précisément et efficacement vos dossiers.

14 avril 2021 :

  • Avancement d’échelon des MA et avancement accéléré d’échelon 2020-2021
  • Congé formation 2021-2022

23 juin 2021 :

  • Mouvement du 2nddegré

 30 juin 2021 :

  • Tableau d’avancement HC des agrégés et liste d’aptitude au grade de chaire supérieure  2021-2022
  • Tableau d’avancement à la HC des certifiés, PEPS, PLP  2021-2022
  • Tableau d’avancement classe exceptionnelle agrégés, certifiés, PEPS et PLP 2021-2022
  • Echelon spécial de la classe exceptionnelle des certifiés, PEPS et PLP  2021-2022

 

Réunion des délégués syndicaux : des outils pour agir en CSE


cfdt-humain-avant-tout

Mercredi 3 février de 18h à 19h30

« Des outils pour agir en C.S.E. »

Le SPEP, le SEPEF, le SEPOF vous invitent à échanger sur le thème « Comment se saisir d’un problème concret et mener une action syndicale ? ».

En tant qu’élu.e ou délégué.e syndical.e, vous pouvez être confronté.e à une situation de travail dégradée, à une augmentation des problèmes d’organisation du travail ou encore à la dissolution progressive des collectifs de travail. Que faire dans ces configurations ?

Pour évoquer cette question, nous recevrons Blaise PORCHERON, Directeur du cabinet d’intervention en RPS « Alterventions ». Spécialiste des questions de santé au travail, M. PORCHERON évoquera les outils de coopération entre son cabinet et les syndicats pour agir sur l’organisation du travail.

Dans un second temps, nous pourrons nous nourrir de son intervention et de nos expériences respectives pour échanger, partager nos pratiques et savoir-faire. Nous pourrons ainsi repenser ensemble nos stratégies syndicales, faire le point sur les moyens légaux et institutionnels dont nous disposons, et augmenter nos chances de faire réussir nos actions syndicales.

Au plaisir de vous retrouver,

Les équipes du SPEP, du SEPEF et du SEPOF

 

Réunion avec le diocèse


DDEC enseignement catholique

Réunion du 2 décembre avec le diocèse

Une visioconférence a réuni, mercredi 2 décembre, des représentants des maîtres, des chefs d’établissement et la direction diocésaine.

Le but de cette réunion, organisée à la demande du SPEP-CFDT, était de faire un point – un mois après le début du confinement – sur les conditions d’enseignement et de travail dans les établissements catholiques.

Deux points principaux ont été abordés :

1/ L’épuisement des personnels dans le contexte sanitaire et pédagogique très compliqué que nous connaissons

Le SPEP-CFDT a souligné la fatigue des personnels soumis, depuis la rentrée de septembre, à des conditions de travail très éprouvantes dans un contexte détérioré par la réforme du lycée.

2/ Les usages et dérives des visioconférences

Le SPEP-CFDT a insisté sur la nécessité d’encadrer et de penser les visioconférences. Il faut protéger les enseignants et les élèves des dérives et les visioconférences ne doivent pas devenir un « service » destiné à des parents consommateurs.

La direction diocésaine a été à l’écoute des remontées des représentants des maîtres et s’est dite soucieuse de travailler davantage dans un esprit de concertation.

Appel au rassemblement : dimanche 18 octobre 2020


je-suis-enseignant_wa
COMMUNIQUE DE PRESSE 
 

L’ignominie ne triomphera pas de la liberté d’expression 

L’attentat sauvage dont a été victime un professeur de collège aujourd’hui, nous rappelle des heures sombres et douloureuses. Les fanatiques haineux sont hélas toujours là. Face à ce crime, la CFDT adresse ses condoléances aux proches de la victime, sa solidarité et son soutien à ses collègues, à ses élèves et à une communauté éducative profondément choquée. La CFDT appelle tout le monde à la cohésion dont nous avons tous su faire preuve au plus fort de la menace terroriste. Elle appelle à l’unité pour protéger la démocratie et les valeurs républicaines. 
 
DÉCLARATION DE LAURENT BERGER, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA CFDT
CATHERINE NAVE-BEKHTI, SECRÉTAIRE GÉNÉRALE DU SGEN-CFDT
BRUNO LAMOUR, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA FEP-CFDT

Déclaration des élus CFDT à la CCMA du 31 janvier 2019


 Déclaration CCMA

Madame, Monsieur,

Nous sommes donc de retour après les élections de décembre dernier en CCMA,  prêts à assumer ce second mandat. Bienvenue aux nouveaux élus et il n’est presque pas trop tard pour souhaiter une bonne année à tout le monde.

Ces dernières élections ont été  entachées par des incidents ; nous ne nous y attarderons pas ici mais nous demandons qu’une réunion de bilan soit prévue prochainement. Elles ont été également marquées par un fort taux d’abstentions, comme en 2014, ce qui ne peut nous laisser, ni les uns, ni les autres, indifférents. La modalité du scrutin ne suffit pas seule à expliquer ce phénomène, qu’il faudrait analyser.

Nous faisons le vœu que nos échanges et débats soient fructueux et servent les agents que nous représentons en tant qu’organisations syndicales et surtout dans cette instance en tant qu’élus. Nous souhaitons rappeler l’attachement que notre organisation porte à ce lieu qui doit être celui du dialogue social entre les agents représentés par les élus ici présents et l’Etat employeur à travers les représentants du rectorat.

Une de nos revendications porte sur les échanges des maîtres avec leur employeur et nous demandons que les questions des maîtres sur leur salaire, reclassement indemnités ou statut ou toute situation professionnelle soient entendues et traitées dans des délais raisonnables. Chaque maître de l’enseignement privé doit pouvoir s’adresser à l’administration en toute confiance et recevoir une réponse à ses questions. Même si le personnel de la division de l’enseignement privé est diligent, de trop nombreux dysfonctionnements affectent la carrière et la vie des maîtres. Si les enseignants  s’arrêtaient de travailler sur toutes les heures qui n’étaient pas rémunérées ou rémunérées dans des délais inacceptables et au prix de démarches chronophages, il y aurait (et il y aura peut-être tant l’exaspération et la colère s’amplifie) des vacances de service qu’à ce moment on trouverait inacceptables et dont les enseignants seraient tenus pour responsables.

Le mandat quadriennal de cette CCMA s’ouvre dans un contexte social agité et troublé. Dans le champ éducatif, les fameux « Stylos rouges » manifestent des revendications que nous portons depuis des mois. Nous venons avec les deux autres organisations ici présentes plus quatre autres de manifester ce que ce mouvement révèle. Cette large intersyndicale n’est pas fréquente et doit interpeller le Ministre. S’il nous reçoit comme cela nous a été confirmé en CCMMEP, nous aurons l’occasion de préciser les attentes de nos collègues. Les revendications portées par l’intersyndicale concerne les points suivants :

La revalorisation des salaires, le refus d’une 2èmeheure supplémentaire imposée, l’amélioration des conditions de travail, l’équité de traitement entre les enseignants du 1eret 2nddegré, la résorption de la précarité et l’arrêt des réformes en cours qui entraînent des pertes d’emplois et ne prennent pas en compte l’avis des personnels. Nous aurons l’occasion d’y revenir lors de prochaines CCMA, et notamment les questions de pertes d’heures et d’emplois lors du mouvement.

En ce qui concerne l’ordre du jour, nous tenons à rappeler que, suite à l’annulation de la CCMA Hors classe, de nombreux maîtres ont été destitués de leur promotion et nous demandons que leur situation soit examinée particulièrement afin qu’ils ne soient pas victimes de cette erreur de procédure, qu’ils vivent avec un sentiment d’injustice.

Du reste, de nombreuses questions demeurent sur la mise en place du PPCR et nous demandons qu’une réunion puisse se tenir avec les inspecteurs pour préciser de nombreux points qui nous semblent litigieux : Pourquoi des gens ont-ils reçu en décembre leur rendez-vous de carrière ? Quid de l’avancement des personnes qui ne peuvent pas pour une raison ou une autre avoir de rendez-vous de carrière ? Sur quoi les avis sont-ils fondés ? Pourquoi les avis sont-ils parfois impossibles à consulter ? Etc…

Les élus CFDT