Archives pour la catégorie Salariés de droit privé

VOUS ETES ADHERENT DE MOINS DE 36 ANS ?


image002

Vous souhaitez découvrir les arcanes de votre syndicat ?

Venez passer trois jours à le découvrir ! Le Rassemblement de Jeunes Adhérents (RJA) édition 2018 aura lieu les 4, 5 et 6 avril 2018 dans l’immeuble des fédérations à Paris. Il est ouvert à tout adhérent de moins de 36 ans désireux de découvrir la fédération, d’enrichir sa culture syndicale et d’approfondir son engagement.

Les frais de transport et d’hébergement sont pris en charge par la fédération.

Alors, n’hésitez plus, parlez-en autour de vous, inscrivez-vous auprès de votre syndicat et suivez-nous sur Twitter et sur Facebook grâce au hashtag #RJA2018 !

Les inscriptions se font par le syndicat, elles doivent être réalisées avant le 28 février 2017, les participants devant demander un congé de formation un mois à l’avance à leur établissement.

APPEL A LA MANIFESTATION MARDI 12 SEPTEMBRE 14H BASTILLE


Les ordonnances sur le renforcement du dialogue social ont été rendues publiques. Le syndicat parisien les considère comme nocives. Après avoir attendu la publication de ces textes et les derniers arbitrages, nous constatons :

· la modification des règles du licenciement, et la limitation de l’indemnisation des licenciements abusifs,

· la volonté d’abaisser les délais de recours

· la réduction de la représentation du personnel et particulièrement la volonté de supprimer le CHSCT créé par les Loi Auroux.

· la volonté d’affaiblir le rôle des syndicats
• ainsi que celle d’affaiblir les mesures en faveur de l’égalité Hommes/Femmes.

Le Syndicat parisien s’associe à la manifestation du 12 septembre aux côtés de la Fédération Métallurgie CFDT.

Nous vous donnons rendez-vous à 14h
à l’angle de la Place de la Bastille et du Boulevard Beaumarchais

Venez nombreux pour faire connaître votre opposition.

ENTRETIEN PROFESSIONNEL


L’entretien professionnel est inscrit dans le code du travail et s’impose donc à tous les employeurs quelle que soit la taille de l’entreprise. Il concerne tous les salariés.

L’entretien professionnel est un temps d’échange entre votre employeur et vous afin de faire le point sur : vos qualifications professionnelles, vos besoins en formation, vos souhaits d’évolution ou de changement professionnels. Au cours de cet entretien, l’employeur doit également être en capacité de vous informer sur vos possibilités d’évolution en interne, sur les projets de développement ou d’évolution des différents postes de travail existant dans l’entreprise, des changements qu’il envisage pour les années à venir et des besoins en formation liés à ces changements.

Le premier entretien était obligatoire avant mars 2016 pour les salariés présents dans l’entreprise depuis au moins deux ans. Les suivants devront avoir lieu tous les deux ans. Ainsi le deuxième entretien devra être programmé avant le 5 mars 2018. À l’issue de chaque entretien, l’employeur doit vous remettre un document retraçant les échanges et surtout les propositions envisagées en lien avec votre évolution professionnelle.

Attention : si l’entretien d’évaluation de l’activité qui vise d’autres objectifs est mis en place par votre employeur, il doit être impérativement dissocié de l’entretien professionnel.

Se préparer à l’entretien professionnel est possible et fortement conseillé :

  • une formation d’un ou deux jours dans le cadre des actions collectives d’Opcalia,
  • CEP : en faisant appel à un conseiller en évolution professionnelle.

 

Contactez votre syndicat pour avoir plus d’informations sur ces deux dispositifs.

Tous les 6 ans, un bilan d’étape obligatoire permettra de vérifier que vous avez bien bénéficié des entretiens professionnels et d’apprécier si vous avez obtenu au moins deux de ces éléments :

  • suivi au moins une action de formation,
  • acquis des éléments de certification par la formation ou par une VAE,
  • bénéficié d’une progression salariale ou professionnelle.

 

 

COMMUNIQUÉ FEP – ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE : LE CARACTÈRE PROPRE LAVE TOUJOURS PLUS BLANC


En Alsace, le rectorat confirme qu’une journée pédagogique peut être consacrée au seul «projet diocésain», en y rendant obligatoire la présence des enseignants car « en postulant dans un établissement d’un réseau privé disposant d’un « caractère propre », (il) adhère à cette particularité et aux éventuelles contraintes qui s’imposent dès lors à lui dans le cadre du caractère propre. » Or, la seule «eNSEI» liée au caractère propre qui s’impose aux enseignants du privé sous contrat est celle de le respecter. Ils ne sont en aucun cas tenus d’y adhérer ou d’y participer : cela relève de la liberté de conscience de chacun, rappelée dans l’article L 442-5 du Code de l’Education. En Rhône-Alpes, un chef d’établissement donne une consigne pour le moins étonnante à ses enseignants : «les IPR, bien qu’ils soient inspecteurs pédagogiques, sont en panne d’idées surtout en ce qui concerne l’AP et les EPI. (ils) essayent de récupérer un maximum d’idées et de documents… l’an prochain, ils pourront présenter ces initiatives comme étant les leurs …. Lancer une réforme qu’on ne maîtrise pas, prendre les idées chez les autres parce qu’on en n’a pas et revendiquer ensuite ces initiatives est une méthode que j’apprécie guère. Je vous invite donc, si vous les rencontrez, à rester relativement évasifs sur ce que vous faîtes et à donner un minimum de documents.» D’un côté, les représentants de l’Etat bafouent l’esprit de la loi Debré et le code de l’éducation, de l’autre, un chef d’établissement bafoue les représentants de l’Etat … Pour les premiers, un recadrage clair doit être apporté rapidement par le ministère. Pour les seconds, au moment où doit se mettre en place une nouvelle évaluation des enseignants, réalisée pour une part, en  commun  entre inspecteur et directeur, la Fep manifeste sa plus vive inquiétude devant des comportements qui méritent des réponses fermes de la part de l’Enseignement Catholique et un rappel à l’ordre de l’Etat qui délègue aux directeurs une mission de service public. On ne peut en permanence réclamer toujours plus d’autonomie et de liberté au nom du caractère propre, en jetant aux oubliettes la mission de service public confiée et le respect de la liberté de conscience, second pilier de la loi Debré.

Fep-CFDT le 9 Février 2017

 

TOUT SAVOIR SUR LA RETRAITE !


UNE OCCASION EXCEPTIONNELLE

Réunion d’information sur les retraites pur les enseignants et personnels des établissements privés.

Mercredi 1er février 2017 de 17h à 20h

À l’URI CFDT

78, rue de Crimée

75019 Paris

Métro Botzaris

Vous allez bientôt partir à la retraite

¨ Quelles sont les démarches à enclencher ?

¨ Qui prévenir ? Quand s’y prendre ?

¨ Quand pouvez-vous partir ?

¨ Quel sera le montant de votre future pension de retraite ?

¨ Quelles sont les nouvelles dispositions législatives ?

Pour répondre à ces questions et à bien d’autres… Venez nombreux à cette rencontre conviviale  !

Affichette réunion retraite 2016

Une réunion organisée par le SPEP CFDT.

 

 

SE SYNDIQUER , POURQUOI ? TEMOIGNAGE


Quand le syndicat fait respecter les priorités du mouvement

  1. P, lauréat du CAFEP, est déjà en poste dans un établissement comme délégué auxiliaire. Il croit qu’il peut faire son stage dans cet établissement mais apprend que ce poste est protégé et le rectorat refuse de le nommer. On lui propose un poste dans une académie lointaine, mais ses obligations familiales rendent impossible son déménagement. Il contacte le syndicat au mois d’août pour savoir s’il y a un recours possible. Les élus CCMA demandent au rectorat de relever tous les postes vacants dans sa matière dans l’académie. Le rectorat répond qu’il n’y en a pas. Les élus CCMA découvrent alors à la rentrée qu’un poste vacant est occupé par un délégué auxiliaire. Ils somment le rectorat de nommer M. P dessus. Ce qui est fait finalement quelques jours après la rentrée. Le délégué auxiliaire peut occuper le poste protégé, le lauréat du CAFEP, non. Tout le monde a un emploi.
    Le syndicat a pu faire respecter les priorités du mouvement sans léser personne.

Si vous avez un problème lors de votre nomination au mouvement, contactez le syndicat !