Archives pour la catégorie Sous contrat – Second degré

CALENDRIER DES CONCOURS SESSION 2018


Au bulletin officiel n°26 du 20 juillet 2017

 

Est parue la note de service n°2017-125 du 18-7-2017 qui précise les modalités d’organisation, pour l’enseignement public et privé, au titre de la session 2018 :

  • Des concours de droit commun (externes, externes spéciaux, internes, troisièmes concours)
  • Des concours réservés
 NOR MENH1717367N

 

Dates d’inscription

 

Les candidats s’inscrivent par Internet du mardi 12 septembre 2017, à partir de 12 heures, au jeudi 12 octobre 2017, 17 heures, heure de Paris.

 

 

Calendriers des épreuves d’admissibilité

 

Concours de professeurs des écoles

  • premier concours interne et CAER : lundi 19 mars 2018 ;
  • concours externes, concours externes spéciaux, seconds concours internes, seconds concours internes spéciaux et troisièmes concours et CAER correspondants lundi 9 et mardi 10 avril 2018 ;

 

Concours du second degré (enseignement public et privé)

Agrégations :

  • concours externe et concours externe spécial : du lundi 5 au vendredi 23 mars 2018 ;
  • concours interne et CAER : du mardi 23 au vendredi 26 janvier 2018.

Capeps :

  • concours externe et Cafep : jeudi 15 et vendredi 16 mars 2018 ;
  • concours interne et CAER : mercredi 31 janvier 2018.

Capes :

  • concours externe et Cafep : du lundi 26 mars au vendredi 6 avril 2018 ;
  • concours interne et CAER : mercredi 31 janvier 2018 pour les sections documentation et éducation musicale et chant choral ;
  • troisième concours et troisième Cafep : du lundi 26 mars au vendredi 6 avril 2018.

Capet :

  • concours externe et Cafep : jeudi 15 et vendredi 16 mars 2018, à l’exception des épreuves de la section arts appliqués qui auront lieu le mercredi 11 et jeudi 12 avril 2018 ;
  • troisième concours et troisième Cafep : jeudi 15 mars 2018.

CAPLP :

  • concours externe et Cafep : mercredi 11 et jeudi 12 avril 2018.
  • troisième concours et troisième Cafep : mercredi 11 et jeudi 12 avril 2018.

PARCOURS PROFESSIONNELS, CARRIERES ET REMUNERATIONS (PPCR)


La revalorisation salariale liée au PPCR se traduit par une augmentation indiciaire de janvier à mars 2017 pour tous les titulaires.

Accès aux nouvelles grilles et réponse à vos questions.

En parallèle, le point d’indice Fonction publique est réévalué de 0,6 % en février.

Il faudra donc attendre le bulletin de mars pour mesurer complètement le gain de salaire.

Ce gain a été en partie réduit dès janvier par une augmentation de 0,10 % des prélèvements notamment sur les cotisations retraites : difficile donc de s’y retrouver quand on regarde le salaire net !

Celui-ci devrait augmenter entre 15 et 50 € selon les corps et les échelons : un peu plus de 30 € pour un certifié (ou équivalent, PE, PEPS, PLP) au 9ème échelon.

Cette revalorisation ne compense pas les 7 années de gel du point d’indice, mais elle montre qu’il est effectivement possible de mieux rémunérer les enseignants.

La création de la classe exceptionnelle va bénéficier majoritairement aux chefs d’établissements du 1er degré et aux enseignants du supérieur (BTS et prépas) et non aux enseignants investis près de publics difficiles : c’est une transposition au privé décevante pour la  Fep-CFDT.Ifep

CAP SUR LA RETRAITE. LE SAVEZ-VOUS ?


Les maîtres ne disposant pas de tous leurs trimestres pour partir à la retraite au taux plein fin août peuvent demander à partir à la retraite au 1er octobre et à être affectés en surnombre dans leur établissement pendant le mois de septembre.

Ils peuvent aussi demander à cesser leur activité au 31 août pour bénéficier du Retrep (ou Acta) en septembre et liquider définitivement leur retraite au 1er octobre.

Comme les années précédentes, le ministère de l’Education nationale nous a confirmé qu’allait être reconduit le dispositif permettant aux maîtres ne disposant pas de tous les trimestres de partir à la retraite au 1er octobre tout en étant affecté en surnombre dans leur établissement pendant le mois de septembre (ce qui permet de libérer leur poste qui devra passer au Gouvernement de l’emploi.

retraites

REVALORISATION SALARIALE 1er trimestre 2017


Hausse étalée des rémunérations 

La CFDT signataire de cet accord accompagne les adhérents qui souhaitent en savoir plus sur les changements en matière de déroulement de carrière (accompagnement, évaluation) et d’évolution salariale.

Des militants informés sur ces sujets peuvent vous apporter des précisions.

N’hésitez pas à contacter votre syndicat.

             Lors du CCMMEP du 20 janvier, le ministère a informé nos élus de l’étalement de la mise en œuvre du volet rémunération entre janvier et mars.

 

MOIS

2017

Instituteurs PE/PEPS/PLP/

Certifiés

Directeur École/

Agrégés H Ech

Agrégés/

CEEPS/PEGC

JANVIER + 6 points + 6 points 0 point + 4 points
FEVRIER Point d’indice : + 0,6 %
MARS Fin de la bonification indiciaire 2017

(avec effet rétroactif au 1er janvier 2017)

SEPTEMBRE Reclassement dans la nouvelle grille

 

Exemple PE/ Certifié(e)* classe normale 9 me échelon (2 641 € brut)
Janvier + 12 € 2 653 €
Février + 16 € 2 669 €
Mars + 40 € 2 709 € (+ 47 € rétroactivité) = 2 756 €

* + 6 points en janvier
+ 5 points en mars, soit + 11 points d’indice en 2017

COMMUNIQUÉ FEP – ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE : LE CARACTÈRE PROPRE LAVE TOUJOURS PLUS BLANC


En Alsace, le rectorat confirme qu’une journée pédagogique peut être consacrée au seul «projet diocésain», en y rendant obligatoire la présence des enseignants car « en postulant dans un établissement d’un réseau privé disposant d’un « caractère propre », (il) adhère à cette particularité et aux éventuelles contraintes qui s’imposent dès lors à lui dans le cadre du caractère propre. » Or, la seule «eNSEI» liée au caractère propre qui s’impose aux enseignants du privé sous contrat est celle de le respecter. Ils ne sont en aucun cas tenus d’y adhérer ou d’y participer : cela relève de la liberté de conscience de chacun, rappelée dans l’article L 442-5 du Code de l’Education. En Rhône-Alpes, un chef d’établissement donne une consigne pour le moins étonnante à ses enseignants : «les IPR, bien qu’ils soient inspecteurs pédagogiques, sont en panne d’idées surtout en ce qui concerne l’AP et les EPI. (ils) essayent de récupérer un maximum d’idées et de documents… l’an prochain, ils pourront présenter ces initiatives comme étant les leurs …. Lancer une réforme qu’on ne maîtrise pas, prendre les idées chez les autres parce qu’on en n’a pas et revendiquer ensuite ces initiatives est une méthode que j’apprécie guère. Je vous invite donc, si vous les rencontrez, à rester relativement évasifs sur ce que vous faîtes et à donner un minimum de documents.» D’un côté, les représentants de l’Etat bafouent l’esprit de la loi Debré et le code de l’éducation, de l’autre, un chef d’établissement bafoue les représentants de l’Etat … Pour les premiers, un recadrage clair doit être apporté rapidement par le ministère. Pour les seconds, au moment où doit se mettre en place une nouvelle évaluation des enseignants, réalisée pour une part, en  commun  entre inspecteur et directeur, la Fep manifeste sa plus vive inquiétude devant des comportements qui méritent des réponses fermes de la part de l’Enseignement Catholique et un rappel à l’ordre de l’Etat qui délègue aux directeurs une mission de service public. On ne peut en permanence réclamer toujours plus d’autonomie et de liberté au nom du caractère propre, en jetant aux oubliettes la mission de service public confiée et le respect de la liberté de conscience, second pilier de la loi Debré.

Fep-CFDT le 9 Février 2017

 

TOUT SAVOIR SUR LA RETRAITE !


UNE OCCASION EXCEPTIONNELLE

Réunion d’information sur les retraites pur les enseignants et personnels des établissements privés.

Mercredi 1er février 2017 de 17h à 20h

À l’URI CFDT

78, rue de Crimée

75019 Paris

Métro Botzaris

Vous allez bientôt partir à la retraite

¨ Quelles sont les démarches à enclencher ?

¨ Qui prévenir ? Quand s’y prendre ?

¨ Quand pouvez-vous partir ?

¨ Quel sera le montant de votre future pension de retraite ?

¨ Quelles sont les nouvelles dispositions législatives ?

Pour répondre à ces questions et à bien d’autres… Venez nombreux à cette rencontre conviviale  !

Affichette réunion retraite 2016

Une réunion organisée par le SPEP CFDT.

 

 

LA NOUVELLE GRILLE D’EVALUATION DES ENSEIGNANTS


Le 14 octobre dernier, les organisations syndicales du privé ont été conviées au ministère pour prendre connaissance des dernières évolutions du projet de grille d’évaluation des enseignants.

Pour rappel, à compter de septembre 2017, les enseignants seront dorénavant évalués en fonction de 11 critères (cf. zoom sur les rendez-vous de carrière). Le ministère a tenu compte d’un certain nombre de remarques que les syndicats enseignants avaient formulé au mois de septembre.

L’intitulé de certains critères a été modifié et clarifié. De nouveaux critères sont apparus en complément des critères déjà proposés dans la première version de la grille d’évaluation. D’autres ont fusionné.

La répartition des critères à évaluer entre d’une part les inspecteurs et d’autre part les chefs d’établissement a été modifiée. Ces aménagements permettent de recentrer l’expertise du chef d’établissement sur trois critères qu’il est mieux à même d’apprécier :

  • Coopérer au sein d’une équipe.
  • Contribuer à l’action de la communauté éducative et coopérer avec les parents d’élèves et les partenaires de l’école/l’établissement.
  • Installer et maintenir un climat propice aux apprentissages.

Le rôle de l’inspecteur maintenu

L’inspecteur évaluera seul la maîtrise des savoirs disciplinaires et leur didactique. Il jugera de l’utilisation d’un « langage clair et adapté » par l’enseignant pendant la séquence observée. L’inspecteur jugera de la capacité des enseignants à prendre en compte la diversité des élèves. L’inspecteur jugera également l’évaluation par l’enseignant des progrès et les acquisitions des élèves.

Enfin, trois critères seront évalués de concert par le chef d’établissement et l’inspecteur :

  • Agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques.
  • Accompagner les élèves dans leur parcours de formation.
  • S’engager dans une démarche de développement professionnel.

La nouvelle maquette de grille d’évaluation des enseignants conserve donc le principe d’un double regard de l’inspecteur et du chef d’établissement sur le travail des enseignants. La Fep était attachée à ce double regard qui ne laisse pas l’évaluation des enseignants entre les seules mains des chefs d’établissement. Elle avait milité pour ce que soit conservée l’équilibre actuel (60/40) entre inspecteurs et chefs d’établissement.

Zoom sur les « rendez-vous de carrière » 

 À partir de 2017, le PPCR s’appliquera aux personnels de l’Éducation nationale. Un enseignant déroulant une carrière complète bénéficiera de quatre rendez-vous de carrière. Ceux-ci permettront de reconnaître sa valeur professionnelle et de déterminer :

- pour le premier, l’avancement accéléré du 6ème au 7éme échelon ;

- pour le second, l’avancement accéléré du 8ème au 9ème échelon ;

- pour le troisième, le moment de l’accès à la hors-classe ;

- pour le quatrième, l’accès à la classe exceptionnelle.

 

IMPORTANT


RENTREE SCOLAIRE 2017/2018

Attention les demandes de :

  • Temps partiel de droit et temps partiel sur autorisation
  • Départ à la retraite
  • Congé parental
  • Disponibilité sur demande

doivent parvenir au rectorat par voie hiérarchique avant le 13 janvier 2017

Ne pas tenir compte de l’année erronée sur la circulaire (2016)

circulaire_16an0205

 

MISSION DES ENSEIGNANTS ET CARACTERE PROPRE


Il n’est pas rare que certains responsables d’établissements scolaires tentent d’orienter les choix pédagogiques des enseignants. Or, les enseignants ont pour obligation de suivre les programmes indiqués par l’Education nationale. Ces programmes reflètent la société française et ses valeurs. Il est parfois nécessaire de rappeler le sens du contrat d’association avec l’Etat.

 Communiqué de presse

Des élèves de 4ème privés du film Persépolis

Au motif d’un vocabulaire « trop vulgaire » pour le directeur ! Mais aussi des parents qui refusent des parties du programme officiel.

Alertée par des enseignants de l’institution Sainte-Marthe Saint-Front Bergerac, la Fep-CFDT ne peut accepter une situation qui remet en cause la nature du contrat d’association avec l’Etat.

Un nouveau directeur interdit le visionnage d’un film faisant partie depuis quelques années d’une proposition nationale « Collège au cinéma », issue d’un partenariat entre les ministères de la culture et de l’éducation et ayant pour but de « former le goût » des collégiens. Son prédécesseur n’y avait trouvé rien à redire …

Plus grave encore, des parents du même établissement contestent les choix littéraires des enseignants et interdisent à leurs enfants d’étudier certains livres des programmes officiels : l’Odyssée, pour une élève de 6me, à cause « des monstres qui font peur » (!) et Dracula en 4 me, « trop sanglant et immoral », refus également de parents que leurs enfants utilisent un ordinateur pour faire des recherches (surtout si l’objet de la recherche s’appelle Ibn Battûta…). Une enseignante de SVT a dû se justifier sur l’étude en 4 me de la reproduction humaine …

La Fep-CFDT espère que la situation décrite reste et restera un cas isolé : les établissements privés sous contrat d’association avec l’Etat sont tenus de respecter les règles et les programmes de l’Éducation nationale.

S’exonérer des programmes, c’est s’exonérer du contrat d’association, c’est donc faire le choix du hors contrat. La direction et sa tutelle y sont-ils prêts ? Nous sommes en attente d’une réponse claire de la part des autorités académiques.

Nb : depuis ce communiqué, le directeur a finalement donné son accord après intervention du Directeur diocésain.

Si vous vivez des situations analogues, n’hésitez pas à nous contacter ! 

Le Syndicat parisien CFDT

 

RESULTATS – RESULTATS – RESULTATS – RESULTATS – RESULTATS –


Le privé et les valeurs de la République ?

Le syndicat parisien a mené l’enquête[1]

 

 Enquête en chiffres

  Après les attentats de Janvier 2015, la ministre de l’Education nationale a appelé tous les personnels des établissements privés, publics et agricoles à faire de leur priorité la sensibilisation aux valeurs de la République. Onze mesures ont été annoncées[2].
L’enquête conduite par le Syndicat parisien de l’enseignement privé CFDT (SPEP) révèle que :

 Diffusion des mesures de sensibilisation

  • 62% des personnels interrogés ont entendu parler des mesures de sensibilisation aux valeurs de la République,
  • 74% ne connaissent pas le détail de ces mesures,
  • 80% constatent que la question n’est pas davantage prise en compte dans leur établissement,
  • 12% ont suivi une formation même si 70% pourraient l’envisager et 11% des personnels, révèlent que cette formation leur a été refusée.
  • Seuls 13% des chefs d’établissement ont pris le temps d’en présenter l’importance. 

Le syndicat parisien CFDT ne peut que déplorer que cette sensibilisation n’ait pas été prise à bras le corps comme elle le méritait par l’enseignement privé. Il condamne également la politique de certains établissements qui consiste à privilégier la présence des enseignants au détriment de leur formation et donc de leur future efficacité. Il rappelle qu’aucun enseignant ne peut être restreint voire empêché dans sa formation continue.

 Charte de la laïcité ?

L’affichage de la Charte de la laïcité ne peut être obligatoire dans les écoles privées en raison de leur « caractère propre » ; néanmoins, une importante proportion des personnels (80%) souhaiterait qu’elle le soit parce qu’ils la considèrent utile pour rappeler notre inscription dans l’Ecole de la République.

Le syndicat parisien conscient de la spécificité des écoles privées considère que l’affichage de la Charte de la Laïcité ne devrait pas être envisagée sous l’angle de l’histoire passée mais dans la perspective d’un avenir de fraternité entre les peuples.

 Projet d’établissement ?

  • 69% des répondants révèlent qu’il n’y a pas de prise en charge de la question des valeurs de la République au sein de leur établissement.
  • 81% des initiatives sont le résultat d’initiatives personnelles d’enseignants et personnels éducatifs.Le syndicat parisien déplore cet état de fait et considère que la dynamique pour la valorisation des valeurs de la République doit prendre sa place dans les projets d’établissement.

 Projets conduits par les enseignants

  •  28% des personnels interrogés se disent engagés dans un projet visant à diffuser les valeurs de la République.
    Ces projets sont divers : ils encouragent une réflexion sur le vivre ensemble autour de débats, d’analyses de médias, de travaux sur l’architecture et l’urbanisme liés à la République, prennent appui sur les fêtes et célébrations nationales, sur l’art ou encore mettent en place des partenariats. Ils s’inscrivent aussi dans les contenus disciplinaires, sont développés, déclinés au travers de travaux concrets, et parfois mis en pratique dans des classes dites coopératives qui demandent aux élèves d’être acteurs dans la dynamique du climat de la classe et au-delà.

 Le syndicat parisien CFDT félicite toutes ces initiatives d’enseignants et personnels d’éducation qui sont toujours le fer de lance d’une éducation de qualité.

Confusions entre valeurs républicaines et valeurs religieuses

  • Au lendemain du 13 novembre 2015, au lieu de s’unir à la célébration nationale, certains établissements ont choisi de transposer certaines mesures : à la minute de silence, on a répondu par un temps de prière renforcé.

 Le syndicat parisien s’interroge. Pourquoi une transposition ? Pourquoi ne pas s’associer à la minute de silence dans l’union nationale et proposer un temps de prière renforcé ?

  • Le détournement d’heures d’enseignement général au profit du religieux (messes, activités religieuses, demandes de lecture des évangiles pendant la première heure de cours), ou encore des réunions pédagogiques qui n’en sont pas.

Le syndicat parisien CFDT rappelle que ces actions ne sont pas conformes au contrat signé avec l’Etat et invite les personnels à le signaler à leurs inspecteurs ou à contacter leur syndicat.

  • L’absence de mixité de certains établissements est vécue comme une atteinte aux valeurs de la République ainsi que le recrutement qui en découle.

Le syndicat parisien CFDT condamne toutes formes de discrimination.  

  • La difficulté à respecter le programme en SVT: la question du genre, de la sexualité et de la contraception. Le refus d’expliquer l’égalité homme-femme en éducation civique. Ou encore l’absence d’enseignement civique et moral dans certains établissements.

Le syndicat parisien CFDT invite les personnels à contacter leurs inspecteurs dès le premier incident.

  • Obligation pour les personnels d’assister aux cérémonies religieuses.

 Le syndicat parisien CFDT rappelle le concept de liberté de conscience. Les personnels ne peuvent être dans l’obligation de participer aux célébrations religieuses.

  • Instance représentative du personnel (droit canon opposé au code du travail par un président d’Ogec).

Le syndicat parisien CFDT invite tous les personnels à nous contacter en cas de telles dérives.

  • Supériorité d’une religion par rapport à une autre.

Le syndicat parisien CFDT rappelle la loi en matière de discrimination et invite tous les personnels à contacter le pôle discrimination de la Fep-CFDT.

 Le syndicat parisien sera vigilant afin que les valeurs religieuses ne prennent pas le pas sur les valeurs républicaines. Si les personnels ont parfois le sentiment d’aller à contre-courant de certaines pensées religieuses, il est important que les élèves soient conduits à distinguer les valeurs républicaines des idées religieuses.

Vous pouvez encore répondre à notre enquête en cliquant sur le lien ci-dessous :

Enquête Le privé et la République

LE DOSSIER DU FEP MAGAZINE QUE RECOIVENT NOS ADHERENTS

capture1      capture2     capture3      capture4   capture5    capture6

 Lire le dossier du Fep Mag

[1] 141 répondants

 

[2] http://www.education.gouv.fr/cid85644/onze-mesures-pour-un-grande-mobilisation-de-l-ecole-pour-les-valeurs-de-la-republique.html