MOBILISATION DU 5 DECEMBRE 2019


Le SPEP CFDT refuse les modalités actuelles de la réforme des retraites !

 

Mobilisons-nous le 5 Décembre prochain !


Rendez-vous :  83 boulevard Magenta, à l’angle de la Gare de l’Est 

 

 

    Le syndicat parisien de l’enseignement privé CFDT se mobilise pour dire non à une réforme sur les retraites qui, en l’état, aura un impact considérable sur les agents publics des établissements privés sous-contrat.

Avec le modèle que propose le gouvernement, il faudra atteindre 64 ans, voire 67 ans pour partir avec une pension décente. C’est le résultat de la vision purement comptable de Bercy.

Une véritable régression sociale qui vient s’ajouter à la dégradation constante de notre statut : gel du point d’indice, baisse du nombre de places aux concours, précarisation de l’emploi, désorganisation du travail au nom de réformes aux seuls objectifs gestionnaires, explosion des tâches administratives, dégradation de la santé des agents, etc.

   Conscients que la faiblesse des rémunérations ne permet plus à nombre d’agents parisiens de faire grève, nous appelons tous ceux qui le pourront à se mobiliser par tous les moyens afin d’enclencher une profonde prise de conscience politique sur la dégradation de nos conditions de travail. 

    Le système de retraite que le SPEP CFDT réclame 

  1. Un système universel et plus juste pour une solidarité universelleoù tous les actifs, du public comme du privé sont solidaires, et qui ne pénalise plus les femmes, les poly pensionnés, les personnes précaires et les bas salaires.
    Pour 93 % des répondants à l’enquête Parlons retraites le système de retraites idéal implique des règles communes.
  2. Un système qui compense les 10 formes de pénibilité du travail reconnue.
    La pénibilité réduit l’espérance de vie, les travailleurs exposés doivent donc pouvoir partir plus tôt à la retraite et avoir droit à des mesures de prévention.
    67 % des répondants à l’enquête Parlons retraites estiment que le système actuel ne tient pas assez compte de la pénibilité.
  3. Un droit à une retraite progressive pour améliorer les fins de carrière.
    On ne travaille pas à 60 ans comme à 30 ans. Les travailleurs doivent avoir plus de liberté dans le choix de l’âge et des modalités de leur départ à la retraite.
    62 % des répondants à l’enquête Parlons retraites aimeraient bénéficier d’un aménagement du temps de travail avant la retraite.
  4. Un minimum de pension égal à 100% du Smic pour une carrière complète
    Le droit à la retraite doit être le droit à une retraite décente.
    85 % des répondants estiment que le minimum de pension pour une carrière complète devrait être fixé à au moins 100 % du SMIC.
  5. Une garantie à 100% des droits acquis avant 2025.
    La réforme ne doit pas modifier les droits passés, seuls les droits acquis après 2025 peuvent être modifiés. C’est une condition indispensable pour sécuriser les personnes dans la transition d’un système à l’autre.
  6. Des compensations salariales
    Pour que la réforme permette de contrebalancer pour certaines professions l’abandon de la règle des six mois. Ces compensations doivent se concrétiser en même temps que la réforme des retraites.
  7. Le maintien du droit à partir à la retraite à 62 ans et du dispositif des carrières longues.
    Ce dispositif des carrières longues permet à ceux ayant commencé à travailler très jeunes de partir plus tôt à la retraite.
    94 % des répondants pensent qu’il est normal que ceux qui ont commencé à travailler jeunes puissent partir plus tôt à la retraite.

 

Laisser un commentaire